Daniel Thiery

Mallefougasse-Augès

 

MALLEFOUGASSE-AUGES

 

Faisait partie du diocèse de Sisteron et de la viguerie de Forcalquier, aujourd’hui dans le canton de Saint-Etienne-les-Orgues. Comme son nom l’indique cette commune est formée de deux entités, la commune d’Augès ayant été rattachée à Mallefougasse en 1975. Mais une autre communauté, Consonoves, fut intégrée à Mallefougasse en 1807. Il est difficile de cerner le territoire de cette dernière communauté. Il subsiste un château dit de Consonove dont l’origine remonte à la Renaissance et remodelé aux XVIIe et XVIIIe siècles. Il est situé immédiatement au nord du village de Mallefougasse, bien signalé par la carte de Cassini. Le terroir d’Augès est au sud de celui de Malefougasse et ne comportait que 787 hectares qui n’ont jamais pu entretenir plus de 80 habitants. Ces trois communautés sont situées sur le versant sud de la montagne de Lure entre Cruis à l’ouest et Châteuneuf-Val-Saint-Donat à l’est.

 

C’est en 1274 que sont citées les églises des trois communautés, ecclesia de Augeto et de Consonavis et de Malafocacha (Pouillés, p. 117). Le prieuré d’Augès sous le titre de Saint-Georges et celui de Mallefougasse sous le titre de Jean-Baptiste dépendent de l’abbaye Saint-André de Villeneuve. Celui de Mallefougasse va être ensuite uni à l’abbaye de Cruis puis revenir dans les mains de l’évêque de Sisteron [1]. On ne connaît pas la titulature de l’église de Consonoves ni sa position, elle semble avoir disparu très tôt. Aujourd’hui, ne subsistent que les églises de Mallefougasse et d’Augès. Il n’existe aucune chapelle rurale dans le territoire.

 

Synthèse

 

Ici, comme à Cruis, aucunes traces d’un quelconque établissement pré-castral, ce qui est surprenant vu la richesse du terroir et le passage d’une voie antique.

_________________________________

 

[1] Atlas, carte n° 75. Abbayes et prieurés II, p. 70-71.Provence Romane 2,p. 82-83, qui cite une bulle du pape Gélase II, datée de 1118, où l’église de Mallefougasse est au nombre des prieurés de Saint-André. La Montagne de Lure, p. 233 et 255.

 

Voir site Dignois