Daniel Thiery

Revest-du-Bion

 

REVEST-DU-BION

 

Faisait partie du diocèse de Sisteron et ressortissait du Dauphiné, aujourd’hui dans le canton de Banon. Cette grande commune de 4345 hectares est au centre du plateau d’Albion et en limite à l’ouest avec le département du Vaucluse. Si le nom de la commune n’apparaît qu’en 1274, une partie de son territoire est cité le 9 janvier 1082 quand l’ancien évêque symoniaque de Gap, Ripert, en compagnie de son épouse et de ses fils, donne à l’abbaye de Cluny, de son héritage, in Monte Albionis, tout et l’intégralité du territoire de Leboret et del Vorze dans le diocèse de Sisteron (CLU IV, n° 3590, p. 744). Il s’agit des fermes du Haut et du Bas Labouret, situées au NO du village. En 1274, les Pouillés citent un prior de Revesto Albionis (p. 121). Et au XIVe, la paroisse, toujours desservie par un prieur, dépend de Cluny par l’intermédiaire de Ganagobie (GCN I, Inst. XXXVI, col. 473). L’église est dédiée à saint Clair celui-ci pouvant être le titulaire de la première paroisse qui se situait à la ferme St-Clair. Les quartiers de Saint-Clair et des Eicharettes  ont livré du matériel antique (CAG, p. 360). L’église paroissiale, dans son gros œuvre, peut être attribué à la fin du XVe siècle ou au début du XVIe (Collier, p. 212). Il est possible que le transfert d’habitat et d’église se soit effectué au cours de cette période.

 

387. Notre-Dame de l’Ortiguière

 

C’est la seule chapelle rurale signalée au XIXe siècle sur la commune. Elle est située à 2 km 500 au SO du village aux abords de la D 218. Elle est mentionnée en 1274 en même temps que celle de la paroisse, ecclesia beatae Mariae de Silva in Albione (p. 118). Il ne subsiste rien de la construction primitive détruite à la fin du XIVe siècle. Elle fut reconstruite au milieu du XVIIe siècle après la découverte d’une statue de la Vierge dans les décombres. C’est à ce moment que lui fut adjoint un ermitage. Elle devient alors un lieu de pèlerinage très fréquenté où des miracles se produisirent. On s’y rend encore aujourd’hui pour la fête des fruits de la terre au mois de mai. De l’église d’origine, il ne subsiste que quatre consoles en forme de têtes d’atlante que les archéologues ne datent pas au-delà du XIIIe siècle [1].

 

Synthèse

 

Il est probable qu’il ait existé deux lieux de culte ayant précédé le castrum, Notre-Dame et Saint-Clair, ce dernier étant le titulaire de l’église paroissiale.

______________________________

 

[1] Provence Romane 2, p. 341. Bailly, p. 36-38. Collier, p. 143. Barruol Jean et Guy, « Notre-Dame de l’Ortiguière au terroir du Revest d’Albion », Alpes de Lumière, n° 55, 1976. PR, n° 23, 2000, p. 47-48.

 

 Voir site Dignois