Daniel Thiery

Descriptions géographiques du XVIIe au XIXe siècle

 

Le terroir de Haute Bléone

 

 

Population

 

 

Communes

1315

1471

Perte %

1765

1851

1962

1990

1999

Ainac

10

0

100%

112

125

11

   

Archail

125

30

76%

74

104

18

6

7

Auzet

490

160

67%

350

260

111

73

90

Barles

665

220

67%

291

299

125

105

114

Beaujeu

525

90

83%

220

415

121

129

155

Blégiers

405

70

82%

415

517

116

   

Le Brusquet

475

318

33%

495

568

235

787

992

Draix

75

35

53%

144

157

41

83

87

Esclangon

55

25

54%

32

106

2

   

La Javie

190

65

65%

349

479

265

297

341

Lambert

80

0

100%

119

106

21

   

Marcoux

390

140

64%

359

375

180

414

408

Mariaud

250

50

80%

195

151

18

   

Prads

425

70

83%

783

538

105

180

147

La Robine

95

   

168

189

48

228

259

Tanaron

200

70

65%

230

219

7

   

Verdaches

350

75

78%

263

270

90

61

48

Le Vernet

500

98

80%

293

300

85

110

108

Total

5305

1516

71%

4892

5178

1599

2473

2756

 

Les chiffres en gras indiquent le maximum de population pour chaque commune. 7 communes sur 18 ont atteints leur maximum en 1315. 3 sont à leur maximum en 1765 et 5 seulement en 1851. Les 3 dernières vont attendre la fin du XXe siècle. On peut remarquer les données à peu près équivalentes entre 1471 et 1962. Dans son ensemble, la Haute Bléone n’a jamais pu retrouver le chiffre de 1315.

 

La peste a décimé 71 % de la population, ce qui est plus que la moyenne estimée à 60 % en Provence. Mais certaines communautés ont souffert plus que d’autres, 71 à 80% et plus de perte. Le Brusquet a été particulièrement épargné, sans que l’on sache pourquoi. Deux communes se sont retrouvées inhabitées. Il y eut ces dernières années le rattachement de 6 communes, mais qu’en sera-t-il d’Archail ? Les plus peuplées actuellement sont celles qui sont situées dans la Moyenne Bléone et proches de Digne, Le Brusquet, La Javie et Marcoux qui représentent à elles seules 63 % de la population totale, prémisse d’une nouvelle évolution.

 

 

Etat du terroir de Haute Bléone au début du 19e siècle

Les données du cadastre napoléonien

 

Communes

Superficie

Terres agricoles

 

Terres pastorales

 

Bois

 

Incultes

 

Cadastres

Hectare

Hectare

     %

Hectare

    %

Hectare

    %

Hectare

    %

Ainac - 1812

571

131

23

12

2

10

2

418

73

Archail - 1830

1 298

181

15

99

9

93

7

925

69

Auzet - 1825

3 359

327

10

855

28

517

15

1 660

47

Barles - 1825

5 614

577

11

810

15

315

5

3 912

69

Beaujeu - 1830

4 553

322

7

372

10

1 700

37

2 159

46

Blégiers - 1830

6 817

544

8

757

11

1 205

18

4 311

63

Le Brusquet - 1829

2 224

349

16

8

1

624

28

1 243

55

Draix - 1830

2 305

220

10

120

6

230

10

1 735

74

Esclangon - 1830

1 388

73

6

5

1

17

1

1 293

92

La Javie - 1829

2 342

207

9

95

4

46

2

1 994

85

Lambert - 1819

520

32

6

9

2

4

1

475

91

Marcoux - 1811

3 217

347

10

56

2

190

6

2 624

82

Mariaud - 1830

2 923

125

5

480

16

120

4

2 198

75

Prads - 1830

6 824

305

5

1 470

22

910

13

4 139

60

La Robine - 1823

1 195

100

9

3

0

142

12

950

79

Tanaron - 1830

2 012

256

13

32

2

400

20

1 324

65

Verdaches - 1825

2 274

224

10

118

5

1 435

63

497

22

Le Vernet - 1828

2 304

305

14

427

18

215

10

1 357

58

                   

Total

51 740

4 625

 

5 728

 

8 173

 

33 214

 

Pourcentage

 

9%

 

11%

 

16 %

 

64 %

 

 

Dans les « terres agricoles », nous avons inclu les « terres labours », c'est-à-dire consacrées aux céréales, ainsi que les vignes, les vergers et les jardins. Les « terres pastorales » comportent les prés qui fournissent le fourrage et les « pâtures » où l’on va faire paître le bétail. Les bois comprennent deux catégories les « bois taillis » répandus partout et les « bois futaies » que l’on ne rencontre que dans les communes de haute montagne. Parmi les « terres incultes », sont intégrés les « terres arides », « terres vagues », « bruyères », « oseraies », « buissières », « graviers » et « rivières et ruisseaux ».

 

Les terres les plus imposées sont les « prés », les « vergers » et les « jardins » : 37,90 francs à l’hectare en 1830.

Viennent ensuite les « terres labours » dont la première classe est imposée 19,00 francs à l’hectare.

Viennent ensuite les « bois futaies » à 1,90 l’hectare et les « pâtures » imposées 1,50 franc l’hectare.

Le reste subit une imposition minime, entre 0,60 et 0,30 francs à l’hectare.

Les « terres arides », « graviers » et « rivières » ne sont pas imposés.

 

Nous sommes à l’époque où la Haute Bléone était la plus peuplée, retrouvant presque le nombre de la fin du Moyen Age en 1315. 36 % seulement du territoire est productif, avec 20% de terres agricoles et pastorales et 16 % en bois. Il n’est pas sûr qu’une population plus importante ait pu augmenter son emprise sur une nature difficile. On a constaté en effet que plusieurs communautés au XVIIIe siècle avaient du mal à survivre et devaient s’expatrier en hiver pour gagner leur subsistance. Ce qui est surprenant, c’est que des hommes et des femmes se soient maintenus pendant un si long temps dans un tel terroir. La facilité des transports, l’attrait des villes de la côte et de la plaine l’ont finalement vidé de sa substance humaine. 

 

Le cheptel en 1774 et 1837

 

1774

 

Chevaux

 

Chèvres

 

Anes

 
 

Bœufs

Juments

Veaux

Moutons

Cochons

Mulets

Total

Ainac

10

6

 

300

 

3

319

Archail

8

4

 

1 750

13

9

1 784

Beaujeu

20

   

140

 

22

182

Le Brusquet

 

9

 

846

16

54

925

Draix

35

4

 

1 580

8

22

1 649

Esclangon

4

   

180

2

5

191

La Javie

10

4

 

250

 

25

289

Lambert

10

4

 

500

 

4

518

Mariaud

26

   

1 870

 

11

1 907

Prads

48

2

 

6 000

 

55

6 105

Tanaron

24

4

 

600

8

12

648

Verdaches

100

8

 

1 750

 

40

1 898

Le Vernet

80

20

25

1 860

 

25

2 010

Total

375

65

25

17 626

47

287

18 425

 

 

 

Taureaux

Bœufs

Vaches

Veaux

Béliers

Moutons

Brebis

Agneaux

Porcs

Chèvres

Chevaux

Juments

Poulains

Mulets

Anes

 

1837

                               
                                 
                               

Total

Ainac

 

15

   

15

 

16

100

15

80

 

10

3

3

3

260

Archail

 

10

3

2

20

100

500

100

12

20

 

10

4

 

6

787

Auzet

20

 

60

20

20

250

400

180

38

160

 

50

6

10

 

1214

Barles

 

88

   

40

200

800

534

72

209

19

   

77

24

2063

Beaujeu

 

90

   

55

760

700

640

70

82

 

1

 

125

10

2533

Blégiers

 

56

18

4

30

528

316

36

73

208

     

30

30

1329

Brusquet

 

8

   

60

300

400

200

120

70

1

1

 

100

5

1265

Draix

 

12

   

40

200

600

200

20

40

 

2

 

30

5

1149

Esclangon

 

16

     

50

250

150

12

100

 

3

 

12

2

595

La Javie

 

8

   

40

60

250

50

40

30

 

4

 

50

10

542

Lambert

 

15

   

12

 

100

80

13

20

 

4

 

2

1

247

Mariaud

 

60

4

 

32

250

400

100

17

92

 

1

 

18

 

974

Prads

 

100

   

200

1000

3000

2400

100

300

     

120

6

7226

Tanaron

 

20

   

30

 

200

150

40

460

 

12

 

12

15

939

Verdaches

1

70

10

8

 

800

150

100

28

80

 

12

8

40

7

1314

Le Vernet

2

80

20

14

15

1200

300

200

30

24

3

22

8

94

6

2018

Total

23

648

115

48

609

5698

8382

5220

700

1975

23

132

29

723

130

24455

 

 

Les données de l’affouagement de 1774 sont fragmentaires et toutes les communes n’ont pas bénéficié du recensement du cheptel. De même en 1837 où La Robine a été négligée. Néanmoins, si l’on effectue pour les deux périodes une moyenne calculée d’après le nombre total de têtes de bétail et le nombre de communes recensées, on obtient à peu près le même chiffre, soit 1417 en 1774 et 1528 en 1837.

 

Prads ressort particulièrement des deux tableaux, suivi de loin par les autres communes de montagnes. Les ovins représentent 90 % des têtes de bétail. Le nombre des bœufs est conséquent, contrairement aux vaches et veaux. Seul, Auzet en 1837, élève des taureaux et des veaux en nombre important. 700 cochons et 723 mules ou mulets complètent ces données sur le cheptel.

 

Moulins

 

 

 

 

Les voies de communication au XVIIIe siècle

 

Carte Cassini

 

La carte de Cassini, outre les voies de communication, permet de visualiser le relief et les différents cours d’eau. En noir et blanc, nous nous sommes permis de mettre en couleur les rivières et voies de communication pour une meilleure visibilité. Nous avons également ajouté une légende pour le sommet de Blayeul, dit aussi des Quatre Termes et à deux cols.

 

La voie principale est celle qui relie Digne à Seyne. Cassini la qualifie de Grand Chemin, terme indiquant une route faisant partie du réseau de la province, reliant deux chefs-lieux de viguerie, Digne et Seyne. Au XIXe siècle, elle deviendra route départementale, ce qu’elle est encore aujourd'hui (D 900). À partir de La Javie, elle suit le cours de l’Arigeol, passant pas Beaujeu et Le Vernet. Cette voie est plutôt un désagrément pour les habitants de La Javie qui déplorent cette situation, soit à cause de la foule des gens de guerre qui montent et descendent que pour les ponts et planches qu’il faut tenir sur les rivières, n’estant scittué ny pour le diner ny coucher des passants qui vont de Digne à Seine ny qui descendent de Seine à Digne [1].

 

Un chemin permet aux habitants d’Auzet et de Barles de rejoindre Digne par Esclangon sans passer par le Grand Chemin. Il suit à peu de distance les rives de la rivière Bès, mais il est en mauvais état comme décrit en 1774, le chemin qui communique avec Esclangon paroit impraticable. Les autres villages sont également desservis par d’autres chemins. Deux d’entre eux relient trois vallées l’une à l’autre, passant par des cols entre 1 400 et 1 500 mètres d’altitude. Mais comme le font remarquer les différents affouagements, ces chemins sont impraticables en hiver à cause de la neige et au printemps à cause de la fonte des neiges.

 

La carte de Cassini signale enfin un chemin permettant de passer dans la vallée du Verdon. De Prads, par Tercier et Faillefeu, il franchissait le col de Chalufy à 2034 m d’altitude. Il redescendait ensuite par la vallée de la Chasse, pour rejoindre celle du Verdon et Colmars.

__________________________________________

[1] Affouagement de 1698.

 

 

CONCLUSION

 

 

Deux secteurs : la montagne et la plaine. Les cultures sont plus diversifiées en plaine avec les fruits, les légumes, la vigne et l’olivier. Par contre, il manque du fourrage et des terres à céréales. En montagne, il n’existe que les céréales, mais le fourrage et les alpages permettent un élevage conséquent. On peut diviser la montagne en deux secteurs.

 

La haute montagne avec les 4 communes du canton de Seyne (Auzet, Barles, Le Vernet et Verdaches) ainsi que celles de Prads et de Mariaud, qui malgré l’altitude arrivent à subsister grâce à l’élevage.

 

La moyenne montagne, que l’on peut diviser en deux sections : celle de La Robine (avec Ainac, Lambert, Esclangon et Tanaron) et celle de Beaujeu, Blégiers, Draix et Archail, qui toutes deux semblent être prises entre deux feux, sans pouvoir, à cause de leur situation, tirer leur subsistance aussi bien des avantages de la montagne que de ceux de la plaine. Pour ces communes de haute et de moyenne montagne, le principal inconvénient pour la culture des céréales, est l’arrivée tardive du soleil qui brûle l’épi et les grains. L’inconvénient majeur pour toutes les communes, qu’elles soient de montagnes ou de plaines, est le débordement des rivières et des torrents, des pluies dévastatrices et des hivers longs et rigoureux.

 

Les cultures sont essentiellement vivrières. Il n’y a pas d’excédent que l’on puisse négocier. Au contraire, les communautés sont obligées parfois de se fournir en blé à l’extérieur pour subsister. Blé froment, épeautre, seigle, orge, méteil sont les principales céréales cultivées. Des petits jardins fournissent les légumes. Les arbres fruitiers sont rares dans la montagne, seule la plaine permet une culture dont on tire quelque bénéfice. Le chanvre est cultivé partout pour le besoin des habitants. La vigne apparaît peu dans les descriptions, mais elle semble être élevée également partout, comme signalé par les toponymes livrés par le cadastre napoléonien. Les outils aratoires n’ont pas changé depuis l’Antiquité. Ce n’est qu’à la fin du XIXe siècle qu’apparaîtront les premières charrues et autres engins mécaniques. L’engrais est essentiellement fourni par les végétaux, en particulier le buis. Le cadastre napoléonien a d’ailleurs établi une catégorie pour cette plante sous l’appellation Buissière.

 

L’élevage est également diversifié selon les secteurs. Brebis, moutons et chèvres sont particulièrement abondants dans les communes de haute montagne. Chaque communauté entretient également des bœufs pour le travail des terres agricoles, des mulets, ânes et bourriques pour le transport des récoltes et du foin, un cochon à engraisser dans chaque foyer pour l’année et sans doute des volailles, ces dernières n’étant pas recensées. La récolte du miel n’est pas signalée, mais était nécessaire pour son apport en sucre et vitamines.

 

Conditions de vie.

 

Elles apparaissent difficiles, à cause de la situation dans des vallées encaissées ou dans une plaine ravagée par les inondations. Beaucoup d’habitants sont obligés de s’expatrier en hiver pour trouver du travail en Basse Provence. Quelques-uns pratiquent le flottage du bois jusqu’à la Durance. Les habitations sont misérables, qualifiées de chaumières, couvertes de chaume, ce qui n’est pas nécessairement un handicap, mais la couverture en tuile n’existe pas encore à la fin du XVIIIe siècle, alors qu’elle est largement répandue en Provence.

 

L’éloignement de Digne, mais surtout le mauvais état des chemins empêchent toute communication durant l’hiver pour les communes de montagne. Il n’existe aucun commerce, ni négoce. Seules, deux communes accueillent des troupeaux étrangers en été. Dans la plaine, on rencontre un seul négociant en fruits. Chaque communauté semble vivre en autarcie, se nourrissant de ses récoltes, se vêtant d’habits de laine et de chanvre tissés par quelques artisans locaux. Il est probable que des échanges existaient entre les producteurs de la montagne et ceux de la plaine, sans doute sous forme de troc. Chaque communauté dispose de moulins à farine fonctionnant à l’éclusée. Dans les communes où l’habitat est dispersé, chaque hameau en possède un. Il en de même pour les fours à pain. On a vu que quelques communautés ont dû céder leur moulin banal à des particuliers au cours du XVIIe siècle, seul moyen de faire face aux créanciers.

 

La population qui était relativement élevée en 1315 n’a jamais retrouvé le même nombre d’habitants. Dans toute la Provence, en 1765, les communautés avaient largement dépassé ce seuil. Ici, cela fut impossible. Même le milieu du XIXe siècle, qui est reconnu comme étant le point culminant de population en Haute Provence, n’a pu retrouver cette base. Au contraire, on remarque déjà au cours du XVIIIe siècle pour certaines communautés une déprime déjà amorcée. Celle-ci n’a fait que s’accentuer gravement durant les 200 années suivantes. Le regroupement de plusieurs communes en fut l’aboutissement.

 

Il était utile et nécessaire de connaître ce terroir dans ses conditions géographiques et humaines durant les quatre derniers siècles si l’on veut maintenant appréhender ce qu’il a pu être depuis l’Antiquité. D’autres textes vont permettre cette approche, mais en gardant, sous-jacentes, les informations relevées dans ces descriptions du terroir de Haute-Bléone. L’Homme, dans sa quête de survie, dans des conditions identiques, trouve les mêmes réponses et les mêmes motivations d’adaptation. Façonné par le terroir, il va l’humaniser de la même manière.

 

Deuxième partie : Historique du peuplement, de l'Antiquité au XIIIe siècle