Daniel Thiery

La montagne des Oudides

 

Titre Oudides

  

 Borie Oudides Titre

La Montagne des Oudides domine le village de Cabris au nord et culmine à 788 m. Le sommet est couronné par une enceinte protohistorique à trois murailles concentriques.

 

Pour parvenir au sommet, le plus simple est d’emprunter le tracé du gazoduc qui traverse la montagne du NNE au SSO. De Saint-Vallier, parcourir le « Vieux Chemin de Cabris » jusqu’à la « Croix de Cabris » (720 m d’altitude). C’est en montant par le gazoduc que l’on découvre un désert minéral où, dans les siècles passés, l’homme a utilisé la moindre parcelle de terrain exploitable et l’a aménagée en terrasses et construit des abris temporaires. Nous n’avons pu, comme pour les quartiers du Doublier et du Ferrier, plonger dans les cadastres anciens pour en savoir un peu plus. Nous ne présenterons donc que quelques données succinctes. De plus, les ruines subsistantes ne sont guère spectaculaires et ne mériteraient une mention que si on pouvait les rattacher à un historique plus consistant.

 

On peut y parvenir également par le village de Cabris en empruntant, à pied, le Vieux Chemin de Cabris jusqu’à la Croix de Cabris.

 

Extrait de notre article

« Sur trois noms de quartiers de Saint-Vallier »

Bulletin GRHP n° 12, oct. 1997, p. 1-6

LES OUDIDES

 

Nous parvenons, pour terminer, à notre dernier toponyme. Bien que situé sur la commune de Spéracèdes, il fut avant la création de cette commune sur celle de Cabris et au 13ème siècle moitié sur Saint-Vallier, moitié sur Cabris. Les cartes modernes orthographient Les Oudides et placent le quartier au NO de la montagne, dite La Croix de Cabris. En fait, c’est la montagne qui, autrefois, était dite L’Audide. Le toponyme se présente sous des formes différentes au cours des siècles.

 

1987, Carte 3643 Ouest :         Les Oudides

1930, Carte Grasse 1 :            Les Oudides

1904, Goby-Guebhard :           L’Audido

1884, Chiris :                         L’Audide

1877, Sénéquier :                   L’Audido

1657, Cadastre :                    Laudides

1292, Délimitation (en latin)   Audida, Ausida

 

Comment expliquer la forme Oudides qui apparaît depuis 1930 ? Est-elle due au fait d’une attraction provoquée par nos trois historiens, Goby, Guebhard et Sénéquier, qui lui attribuaient le sens de « l’ouïe » ? le -o étant alors plus facilement explicable que le -a. De toute façon Oudides n’existe pas en provençal et ce mot ne peut rien signifier.

 

Par contre, nos trois auteurs l’écrivent correctement et sont en correspondance avec la forme la plus ancienne, celle de 1292, qui donne Audida. Cependant, l’étymologie qu’ils attribuent au vocable, « sens de l’ouïe », est fantaisiste, comme nous l’a écrit Charles ROSTAING. Ce dernier nous oriente vars le thème *AL-T-, dont le sens est « hauteur », variante de la racine p.i.e. *AL-, avec un élargissement avec -T-. Dans son ouvrage sur la toponymie de Provence, il fait remarquer que ce n’est pas le latin altus qui a formé plusieurs toponymes provençaux, mais bien cette racine p.i.e. *AL-T. De plus, le vocable correspond admirablement au site puisqu’il s’agit d’une montagne culminant à 788 mètres, dominant le village de Cabris et toute la plaine côtière. 

LAudide Plan

Dessin de l'enceinte par G. Brétaudeau

Les enceintes des Alpes-Maritimes


 

Bories Oudides 2

 

Elle est située à 440 m de la Croix de Cabris, en montant par le gazoduc, 217°. Sur la gauche de ce dernier, à 10 mètres.

Elle n’est pas recensée par le cadastre de 1824.

Coordonnées géographiques : Longitude : 6 52 02.1. Latitude : 43 40 08.2. Altitude : 742 m.

Photos : Mars 1991 (DT Oudi 2-569.571.572.574).

Oudi 2-1 Oudi 2-2Oudides 2
Oudi 2-3 Oudi 2-4

  

Cabane Oudides 4

 

Cabane. Coordonnées géographiques : Longitude : 6 51 55.0. Latitude : 43 40 00.2. Altitude : 755 m.

Doline. Coordonnées géographiques : Longitude : 6 51 57.8. Latitude : 43 39 59.4. Altitude : 715 m.

 

Elle n’est pas recensée par le cadastre de 1824. Il s’agit d’un abri tout en longueur qui ne semble pas avoir été couvert, pas de départ d’encorbellement, pas de fragments de tuiles. 

 

Oudi 4-1 Oudi 4-2

 

Borie dans un clot. Oudides 6

 

En continuant de suivre le gazoduc, on aperçoit sur sa droite un mur couronné de pierres posées de chant. Le franchir et progresser vers le NNO sur 220m. La borie est là, de très belle facture. Elle représente le centre de vie du clot, entièrement ceint d’un mur. La carte au 20 000° de 1930 le dessine parfaitement et la photo aérienne le visualise également. De la Croix de Cabris, à 940 m.

 

Angle du clot au plus près du gazoduc. Coordonnées géographiques : Longitude : 6 51 47.6. Latitude : 43 39 54.7. Altitude : 752 m.

Borie. Coordonnées géographiques : Longitude : 6 51 39.6 .Latitude : 43 39 58.8. Altitude : 755 m.

 

Cadastre 1824 Cabris, section B des Oudides

Parcelle 107 B de 27 m² sur essart 108 B de 2 hectares 47 (Etat Sections. Vue 38).

Propriétaire : Jean Diaque, dit Fayet, propriétaire à Cabris. Il avait acquis, avec d’autres, une partie des propriétés de l’émigré Lombard, seigneur de Saint-Cézaire, le 27 nivôse de l’an II (Biens Nationaux, p. 155) .

 

Photos Mars 1991 (DT Oudi 6/577.578.579.580.581.583.584.585.586.587.588.589).

Carte 1930 Clot 1

La carte au 20 000° de 1930 dessine deux clots, dont celui à l’Est enferme la borie symbolisée par un rond.

Angle sud du Clot

Clot 3 Clot 4

Intérieur du clot et tas d'épierrement

Le mur en pierre sèche couronné de pierres posées de chant

Clot 6 Clot 5

Borie dans le clot

 
Clot 7 Clot 8

La porte d’entrée, piédroits arqués réduisant

la portée du linteau.

De l’intérieur

Clot 9 Clot 10

Passage entre les deux clots

Minuscule borie. Pour le chien ?

 


 

Les colons de Cabris à Saint-Vallier

 

La commune de Cabris est située au sud de Saint-Vallier et partage avec elle une partie du plateau vallonné qui s’étend entre les deux villages. Il n’existait pas de limite bien marquée géographiquement qui aurait pu servir de limites communales, si bien qu’en 1292, il fallut établir un bornage entre les deux communautés au moyen de termes bien visibles. Mais cela n’a pas empêché les habitants de Cabris de venir coloniser les terres de Saint-Vallier. Ces terres, appelées Defens, possédaient un statut particulier, permettant d’y pratiquer à la fois la culture et l’élevage. Des statuts avaient été élaborés depuis le XIVe siècle afin de réguler les deux activités. L’intrusion des habitants de Cabris qui ne respectaient pas les règles, on dénombre 87 exploitants en 1742, a provoqué des procès qui ont perduré jusqu’au XIXe siècle. Il subsiste encore aujourd’hui quelques témoins de cette colonisation. En voici quelques exemples.

 

Thomas FLORY, ménager de Cabris, possède en 1817 des terres dans la commune de Saint-Vallier, au quartier des Tanes et de Fougassour. Ces terres sont situées de chaque côté de l’ancien chemin de Cabris à Saint-Vallier, à 950 mètres au NNO (330°) de la Croix de Cabris (720 m sur IGN). A Fougassour, le labour 173 contient 3 ha 52 a 60 ca ; l’essart 170 9 ha 35 a. Il possède le jas et la vanade (171 et 172) respectivement de 112 m² et 100 m². Aux Tanes, un bastidon/borie n° 425 de 12 m², ainsi que 2 essarts (426 et 434).

 

La végétation, trop dense, ne permet pas de visualiser les constructions sur la photo aérienne.

 

Fougassour 1Cadastre Fougassour

Extrait Section D du plan cadastral de 1817.

Quartiers des Tanes et de Fougassour 

 

Fougassour 2 Fougassour 3

Borie/Bastidon 425

  1. Vanade  172-173

 


 

Puits de Fougassour

 

Citations :

1569 30 mai : la Font de Fougassour

1655 : petit relarguier au puits de Fougassour (cité 4 fois)

 

Puits citerne de forme plus ou moins circulaire, construit avec une margelle faite d’une pierre dressée, le reste en gros blocs de pierre non appareillés. Aux abords immédiats deux bassins creusés dans 2 blocs de rochers.

Hauteur en surface : 0,80. Diamètre moyen : 1,60. Profondeur depuis la margelle : 3,30.

Photos DT : Mai 1990.

Fougassour 4 copie Fougassour 5
Fougassour 6 Fougassour 7

 

Retour au choix

 

Bories et pierre sèche    Accueil