Daniel Thiery

Le terroir du Ferrier. Saint-Vallier-de-Thiey

 

LEXIQUE

 

AIRE DE BATTAGE : surface aménagée près des constructions pour battre le blé. Ecrit "haire" dans le cadastre de 1742.

BASTIDON : utilisé en 1817 : petite bastide, cabanon. A Saint-Vallier, soit une borie soit une cabane.

BERGERIE : n'est jamais citée ainsi au Ferrier dans les cadastres anciens. II s'agit d'un enclos couvert, synonyme de Jas en 1817.

BUISSON : terme employé dans le cadastre de 1913 pour signaler une construction abandonnée.

COURTIL : utilisé en 1655 et 1742 : même sens que bastidon, parfois déformé en "croutil" Peut signifier également l'ensemble des constructions situées sur une parcelle.

ENCLOS : nous employons ce mot pour désigner une bergerie non couverte et qui correspond, en 1817, au terme vanade.

ESSART : en 1817 : terres essartées, prêtes aux labours, mais terme indiquant également des terres récemment abandonnées ou incultes.

JAS : bercail : petite bergerie. Construction couverte.

LABOUR : terre destinée aux céréales, synonyme de "terre" en 1913.

MASURE : en 1817 : construction (borie ou cabane) déjà en ruine à cette date. Synonyme de buisson ou sol en 1913.

MENAGER : propriétaire vivant uniquement de ses terres sans avoir à louer ses bras comme le travailleur. Terme cité en 1655, 1742 et 1817.

SOL : terme utilisé en 1913 signifiant une construction abandonnée, sans toit et non imposable.

TERRES GASTES : terres incultes, impropres à la culture, terme utilisé en 1655 et 1742. Synonyme d'essart en 1817 et 1913.

TERRE : voir labour.

TRAVAILLEUR : utilisé du XVIIe au XIXe siècle : ouvrier agricole, mais possédant néanmoins quelques terres.

USURPÉ : mot employé au XVIIe siècle pour signifier l'acquisition gratuite d'une terre gaste et commune par un agriculteur, à condition que la Communauté et les députés n'y trouvent rien à redire. La coutume voulait que cette terre usurpée soit close par un mur en pierre sèche et que la taille soit payée chaque année. Un grand nombre de terres gastes ont été ainsi acquises au début du XVIIe siècle dans la commune de Saint-Vallier, principalement par des « forains », étrangers à la commune.

VANADE : en 1817, enclos non couvert. Correspond à Parc dans certaines sections de 1817.

 

Retour au choix

 

Bories et pierre sèche   Accueil